31 mars 2006

Marchandisation

clean

Quand je parlais, dans le billet précédent, d'une société de merde où tout est marchandisé, tout est rentabilisé, en voici un exemple concret.

J'ai pris ce cliché dimanche dernier dans une grande gare parisienne.

Il faut préciser que ce sont les seules toilettes de cette immense gare où arrivent lignes de banlieue et grandes lignes.

Pour un homme qui a simplement envie de pisser d'uriner, il lui en coûtera la modique somme de 60 centimes d'euros, ce qui fait quand même 3,94 francs c'est à dire quatre francs... Eh oui !

Pour une femme, il faudra compter un euros, donc entre six et sept francs !

Et pour l'inconscient qui aurait envie de prendre une douche, il lui faudrait débourser près de 46 francs !

Bravo Mc Clean ! C'est ce qui s'appelle faire du profit sur les besoins humains les plus élémentaires et les plus nécessaires. C'est très symbolique de la société actuelle : de plus en plus "clean" et de plus en plus inhumaine. Dans une société qui veut nous robotiser et faire de nous des consommateurs dans les actes les plus banals et les plus indispensables, il faut entrer en résistance...

Dans ce cas précis, il faudrait boycotter Mc Clean, sortir de la gare et pisser se soulager dans le caniveau...

Apprenez-nous le caniveau ! Il n'y a aucune raison que seuls les chiens puissent en profiter !

Posté par Pierre Decriture à 14:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]


Commentaires sur Marchandisation

    Wouai

    mais pour une femme pas si facile, elle risque de se faire embarqué pour "malade mentale".
    Ton article est trés parlant , cette société du profit envers et contre tout me rend "coléreuse"

    Posté par michéle, 31 mars 2006 à 14:39 | | Répondre
  • Et les femmes ?

    Justement, c'est là que le combat prendra toute sa dimension ! Mc Clean aura poussé le bouchon si loin que ce qui était un attentat à la pudeur deviendra un acte militant, voire un acte civique !

    Posté par Jean-Pierre, 31 mars 2006 à 14:44 | | Répondre
  • Il y a une quinzaine d'années, déjà, à la gare Saint-Lazare, un jeune étranger (Espagnol, Portugais ou d'Amérique du Sud) s'est approché de moi en me montrant une poignée de pièces. Il m'a expliqué qu'il "faisait la manche" pour pouvoir prendre une douche : lui manquait un ou deux francs pour entrer dans le "Mc Clean" de l'époque. Je les lui ai donnés. J'allais dans les mêmes lieux ; je l'ai donc suivi pour entendre… la préposée lui réclamer un franc supplémentaire pour un bout de savon. Or, elle m'avait vu lui donner la somme qui manquait. Il était estomaqué et abattu à l'idée de devoir recommencer à "mendier" pour ce bout de savon (alors qu'on lui fournissait la serviette !). J'ai fouillé dans mon sac. La préposée m'a vu et, sans doute peu gênée, lui a prêté un savon de Marseille déjà bien usagé (mais miraculeux aux yeux du jeune homme).
    Ce récit pour dire qu'à tous les échelons de la société, on trouve les mêmes comportements, les mêmes mentalités (même si cette dame vivait principalement de pourboires, sa gêne montrait à l'évidence qu'elle ne trouvait pas sa demande légitime. D'un autre côté, cette gêne était ce qui l'empêchait d'être tout à fait comme ses employeurs - exploiteurs).

    Posté par alain tchungui, 31 mars 2006 à 21:44 | | Répondre
  • oui, il faut entrer en résistance. Mais il faut le faire de manière globale, en prenant conscience de l'interrelation de toutes les luttes à mener : marchandisation comme seule éthique de la société d'aujourd'hui, agressions à la biodiversité, précarisation du travail et de la vie... Depuis quelque temps je propose de convoquer partout des assemblées sociales ou citoyennes qui entreprendront dans le dialogue, le consensus, la créativité, de jeter les bases de la société de demain... C'est-à-dire de définir les termes d'un nouveau contrat social... Mais je suis très isolé... Il faudrait que mon appel soit relayé... Peu importe d'ailleurs qui lance cet appel. L'essentiel est que les choses se mettent en marche.
    Bravo pour votre blog. A bientôt.

    Posté par sancho, 01 avril 2006 à 11:36 | | Répondre
  • Merci J-Pierre pour ce témoignage, pisser par terre n'est peut-être pas le moyen que j'utiliserai pour protester, mais pourquoi la gare ne prévoit-elle pas les nécessités? C'est là qu'il y a malhonnêteté du "public" et matière à protester.
    Perso, quand j'ai une envie pressante, je cherche un mac DO. Il y a en général un code pour la porte d'entrée (et oui, là aussi il faut être "client"), mais accompagnée d'un des 2 gosses, je prétends que c'est pour une urgence et on m'a toujours donné le code. Dans le cas contraire, j'aurai râlé c'est sûr !

    Posté par wictoria, 01 avril 2006 à 22:05 | | Répondre
  • Se procurer l'indispensable

    C'est vrai, Alain, et on ne peut comprendre vraiment que lorsqu'on voyage à son tour, et pas dans les trois étoiles, et qu'il faut se débrouiller au quotidien, inventer chaque fois des solutions, faire preuve d'ingéniosité pour se procurer l'indispensable, ce à quoi on ne fait plus attention quand on vit dans sa maison et qu'on a tout le confort.

    Posté par Jean-Pierre, 03 avril 2006 à 11:17 | | Répondre
  • Un nouveau contrat social

    Je suis bien d'accord avec toi, Sancho, et j'approuve totalement ton initiative : définir un nouveau contrat social, faire preuve de créativité, inventer autre chose et bâtir le monde de demain : je souscris à 100 % ! Donc à bientôt !

    Posté par Jean-Pierre, 03 avril 2006 à 11:22 | | Répondre
  • Attentat à la pudeur

    Non, rassure-toi, Wictoria, je ne te demanderai pas de pisser par terre ! Il faut bien faire un peu de provocation de temps en temps ! Quoique, ça pourrait faire un sacré hapenning ! L'art, c'est aussi la provocation...

    Posté par Jean-Pierre, 03 avril 2006 à 11:26 | | Répondre
  • Je souscris pleinement à se nouveau contrat social... Mais je voudrais dire qu'on n'est peut-être pas isolés. Déjà en la matière la ville de Paris a pris la décision... de rendre les sanisettes municipales gratuites ! (mais je ne sais pas si c'est pour une raison sociale ou...économique - bien nettoyer les trottoirs, ce n'est peut-être pas donné vu le matériel qu'il faut employer...)

    Posté par sophie, 07 avril 2006 à 01:53 | | Répondre
  • Les femmes qui ont envie de pisser, doivent se retenir. C'est tout.

    Posté par Moi, 22 avril 2007 à 11:33 | | Répondre
Nouveau commentaire